Licenciement Abusif : se Venger ou Prendre sa Revanche ?

Avez-vous déjà eu envie de vous venger du mal qu’on vous avait fait ? Avez-vous crevé les pneus de la voiture de votre ennemi, rempli sa boîte aux lettres de merde ? Ou au contraire, croyez-vous que la vie se chargera de le faire payer, sans intervention de votre part ? Je décris ici mes sentiments, suite à mon licenciement, et l’inextinguible rage éprouvée devant la trahison de mes collègues.

Au moment de mon licenciement abusif, j’avais très très envie de me venger. Cependant, j’étais seule et isolée, dans une région que je connaissais mal. Alors, j’ai essayé de me montrer le plus calme et rationnelle possible. Ce qui étonnait les personnes qui me voulaient du bien.

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de l’eau, et bientôt tu verras passer son cadavre dans la rivière. Lao Tseu

Durant cette période, je me concentrais sur les moyens que j’allais mettre en œuvre pour me défendre. De plus, je m’étais pris un sacré coup de bambou sur la tête avec ce licenciement…quand même.

Vengeance !

Une fois remise à flots, dans un emploi beaucoup mieux payé que celui dont je m’étais fait licenciée, j’éprouvais une rage dingue ! J’avais envie de détruire la vie de ceux qui m’avaient humiliée. J’ai imaginé tant de scénarios de vengeance. Chercher leur adresse et venir en pleine nuit remplir leur boîte aux lettres avec de la merde, et des menaces de mort, des insultes. Crever les pneus de leur voiture, les attraper par les cheveux et taper leur tête contre un mur jusqu’à ce qu’il n’en reste plus rien. Une haine tarantinesque ! Et tant de possibilités de se venger !

Le rouge, couleur de la fureur, fureur de la vie

Besoin de témoigner

Puis j’ai compris que mieux que la vengeance, j’avais surtout besoin de parler et de témoigner. J’ai compris que ces personnes, d’une façon ou d’une autre, paieraient pour ce qu’elles m’avaient fait.

Je suis tombée l’autre soir sur une des excellentes émissions de Noëlle Bréham…justement sur la vengeance. Et cette émission m’a fait du bien. Il ne sert à rien d’entretenir de la haine contre quelqu’un, cela se retourne contre soi. Les gens finissent toujours par payer pour le mal qu’ils ont fait d’une façon ou d’une autre.

Le malheur rattrape toujours ceux qui te font du mal

En effet, le restructurateur responsable de mon licenciement a été remercié peu de temps après mon départ.

Un ancien collègue m’a aussi assuré que mon ancienne cheffe s’était fait saquer. À vrai dire, c’était écrit sur sa gueule qu’elle puait l’hypocrisie et la perfidie. Toujours à faire ses coups par-derrière. Se réserver le meilleur bureau durant la restructuration de l’open-space, dont elle avait demandé la direction. Envoyer des emails faisant état du comportement (anodin) d’un tel ou d’une telle ? Mais où as-tu appris tout cela GROSSE PUTE OBTUSE ? Avec ton prénom à la con, et ton nom (de femme mariée) qui rappelle étrangement celui d’un camp de concentration ?

L’ingénieur lâche et malsain qui avait descendu mon travail plus bas que terre auprès du restructurateur a fini à l’hôpital pendant 3 semaines (hôpital psy, disaient certains). Et sa femme dont il était séparé menaçait de quitter la France, avec leurs enfants, pour ne plus le voir. Prends toi ça dans la gueule connard de raclure de bidet perfide !

Suite à deux licenciements abusifs, le mien et celui d’un développeur, pas loin de cinq ou six personnes ont quitté d’elles-mêmes l’entreprise, très vexées de la façon dont on s’était fait traités. Et, ça, c’est toujours emmerdant pour une entreprise obtuse de perdre des développeurs. Surtout quand elle les payait au ras des pâquerettes !

#onvautmieuxqueca !

Et vous, avez-vous vécu des évènements dégueulasses au travail ? N’hésitez pas à commenter !

Cet article a 4 commentaires

  1. Nicolas

    Bonjour,
    J’ai vécu une situation semblable.
    Pour ma part.
    Mes anciens responsables qui m’avaient insulté et qui me discriminaient depuis des années, malgré mes tentatives de dialogue, s’en sortent très bien.
    Les syndicats, l’inspection du travail, les prud’hommes et bientôt la cours d’appel se contre fou des faits. Je n’énumèrerai pas 1000 et 1 malfaçons de ce groupement d’employeurs. Puisse qu’il semble que la seul chose qu’ils les intéressent est ma mise en arrêt brutal pour burn-out… (Prémédité selon eux)
    Je pense que votre histoire est à mettre dans les exceptions. Vos anciens collègues ne sont pas si mauvais que ça. Les miens on continués leurs petites vie sans même lever le petit doigt pour m’aider un temps soit peu.
    En tout cas, tant mieux pour vous si une forme de justice est intervenue.

    1. Si, ils étaient mauvais, ou du moins si médiocres. Je pense à celui qui était un copain et a retourné sa veste, de la façon la plus dégueulasse et lâche qui soit, et qui a pris parti, pour le salopard, qui avait critiqué, descendu mon travail. Or, le travail de ce type était largement, très largement critiquable, et critiqué, d’ailleurs, par des gens qui n’osaient pas franchement s’opposer à lui. Il était connu, comme d’autres, pour être perfide et imprévisible.

      Cependant, tout cela relève déjà du passé, et j’en ai conclu qu’au travail, pour éviter ce genre de situations, il faut toujours attaquer en premier, être sans pitié. Ce n’est pas mon genre, mais apparemment, les gens adorent ça : qu’on les remette en cause en premier, sur leurs fautes, leurs erreurs. La loi de la jungle humaine. J’espère qu’ils choperont le covid et en crèveront.

  2. Stephane

    Pour ma part trop recent hier, moi et une collaboratrice nous sommes faits limogé et c est peu dire. En effet nous étions les 2/4 a effectuer un travail acharné et à faire remonter les anomalies pour avancer, et la le travail de fond d un collègue aimant et de sa femme auprès e notre direction a eu raison de nous. Je suis dans la phase où je souhaite lui prendre la tête et le fracasser sur un mur jusqu’au bout. Idem pour ce patron irrespectueux. Mais bon il faut que sa passe et espérer le pire à ces gens sans scrupules. J attends a mon tour d apprendre une bonne nouvelle les concernant. Dossier à suivre…

    1. Je te souhaite beaucoup de courage et qu’ils paient pour ce limogeage abusif, d’une façon ou d’une autre.

Laisser un commentaire