La Fin du Monde pour tous les pourris

  • Post last modified:24/01/2023
  • Post category:Ma drôle d'humeur

Mon rêve récurrent de la fin du monde

J’ai la sensation depuis l’enfance que tout finirait dans le chaos. Peut-être parce que mes parents ont été de grands anxieux, dépressifs. Mais j’avais cette certitude que je mourrais avant mes 12 ans, puis avant la vingtaine, etc.

Je faisais un rêve récurrent et très marquant (je crois qu’on en a tous un) : moi et des proches étions en haillons, près d’une maison éclairée et chauffée, avec son jardin. Nous espérions, attendions « d’être sauvés » et ce depuis longtemps. De temps à autre, la porte s’ouvrait (les habitants de cette maison faisaient leur vie), mais nous ne pouvions, n’avions pas le droit de les approcher.

Cela se renouvelait, sans cesse. Nous étions dans un désespoir absolu, une anxiété totale.

Ce rêve-cauchemar (je vais parler de songe, pour dire qu’il n’était ni négatif, ni positif), je l’ai fait plusieurs fois étant petite et il était si réel, terriblement réel…
Un de ces rêves dont on se demande si ce n’était pas l’événement d’une vie passée. Mais je ne crois pas à ces choses-là.

Ma mère me disait que nous vivions dans un pays riche et sûr, mais moi j’avais toujours ce songe étrange, dans un coin de ma tête.

Bref. Voici un chaton pour faire passer ce mauvais rêve anxiogène.

turkish angora cat in tilt shift lens

Quand tu fais partie des hypersensibles qui se prennent pour des HPI

Depuis l’enfance, j’ai fait partie des trop sensibles, de ceux qui ne sont pas populaires durant toute l’école primaire et le collège.

J’ai eu le temps de subir pas mal d’injustices, de jugements tellement injustes, et donc d’accumuler de la colère et de la rage contre tous ces merdeux trop sûrs d’eux, cyniques, immatures.

Le lycée a été pour moi une libération totale, l’anonymat enfin et j’ai pu me faire mes amis, adhérer à des associations, passer de bons moments avec plein d’autres êtres humains sympas.

Mais je n’ai jamais oublié que les cons pullulaient et gardaient un sacré pouvoir de nuisance. Les cons ? Beaucoup de « normopensants », pour reprendre les termes d’une écrivaine, Christel Petitcollin, qui a écrit un livre à destination de tous les hypersensibles, comme moi, qui seraient tentés de s’auto-qualifier de HPI.

Ma définition des cons, c’est tous ces gens qui :

  • se laissent facilement aller à la jalousie que vous leur faites ressentir,
  • qui cherchent le conflit avec vous,
  • qui se comparent, se mesurent à vous, ouvertement,
  • veulent dominer, être le/la leader.

Bref tous ces gens qui ont été biberonnés ou pas à la compétition avec les autres êtres humains. Je le précise, histoire qu’on ne vienne pas me dire « Ah ben oui, et tu en fais quoi de la compétition dans le sport ou entre entreprises, il en faut bien… »

J’ai croisé un nombre tellement incroyable, exponentiel de connards, il faut croire, ces dernières années, que je me suis parfois demandé s’il n’y avait pas une erreur dans la matrice. Mais j’ai une excellente nouvelle !

Vous aimez la compétition ? Vos gosses crèveront 🙂

J’ai souvent envie de dire à ces gens-là :

Tu te crois fort.e et puissant.e, hype, dans la vague, au sommet.. mais, tes enfants n’ont PAS D’AVENIR, mon chou. C’est bientôt fini. Ils n’ont aucun avenir. Ils vont crever en raison du changement climatique. Alors, au lieu de te masturber avec ton égo, tu ferais mieux de t’excuser d’être si minable et de faire ta part ! Ils vont crever et c’est bien fait pour toi. 

Je le dis à ce pauvre con que je croise parfois. Il très sûr de lui. Il ne trouve pas ça normal qu’on ne veuille pas fonder de famille car il est réac, oh putain, conservateur..

Il roule des mécaniques, là, avec sa barbe de 3 jours, son machisme subtil et ses cheveux nappés de gel…(sauf qu’il prend du bide, ben ouais, ça pardonne pas les bières entre couilles, mon vieux) : tes enfants n’ont pas d’avenir à cause de toi, salopard. Parce que tu es trop sûr de toi, débile, réactionnaire et tellement superficiel.

Je le dis à cette pauvre cruche, moche comme un cul, mal mal mal dans sa peau qui a manipulé d’autres amies contre moi, cette grosse jalouse, il y a quelques mois : ton enfant de 5 mois, il n’a aucun avenir, connasse. End of the game. Ton nouveau salaire mirobolant, ta nouvelle vie en province (avec ton mec qui te parle comme à une merde, soit dit en passant)… ça ne sert à rien, ma chérie. Tu aurais dû rester pourrir en région parisienne, ça n’aurait rien changé 🙂

Tu vois, moi, la province, j’en ai profité, j’ai vu plein de choses, j’ai voyagé. Toi, tu as mis 10 ans à bouger ton cul et ton mec de la capitale… C’est trop tard ma biche. Le réchauffement climatique est enfin palpable. Ton gamin a 10 ans d’espérance de vie, maxi.

Etouffer les compétitions inutiles entre individus

Je ne parle pas de rejeter la compétition partout, je parle de rejeter, d’étouffer dans l’oeuf la compétition malsaine (instinctive ?) que des individus très basiques, un peu cons, quoi, entretiennent, dans tous les milieux sociaux, entre amis ou au travail. Je parle de tous ces abrutis qui ne savent pas s’auto-réguler lorsqu’ils ressentent de la jalousie.

Albert Jacquard disait au sujet de la compétition : « On est en train de sélectionner les gens les plus dangereux ».

Et c’est un fait, hélas. Au travail, entre ami.e.s, partout, on croise des tas de cons et de connes qui ont un goût prononcé pour la compétition, pour gagner le pouvoir dans un groupe. Parfois tout va bien, très longtemps, et soudain, un membre du groupe vrille complètement et tente de s’attribuer le pouvoir… ou le pouvoir qu’iel croyait que quelqu’un d’autre détenait. C’est…curieux et tellement nuuuul, tellement pitoyable.

La société occidentale doit payer pour son orgueil

Ne venez pas confondre mes propos avec quelques clichés chrétiens très répandus et fatigants. MAIS la société occidentale doit payer pour son orgueil, son égoïsme, l’amour du rapport de force qui anime tant de gros.ses débiles.

Dominer, rabaisser, moquer, essayer de se hisser toujours plus haut que l’autre… pauvres cons. Vos gamins n’ont pas d’avenir ET TOUT EST DE VOTRE FAUTE ! Enfoncez ces paroles avec un bâillon dans la gorge de tous et toutes celles qui sucent !

Combattre l’éco-anxiété sans faire n’importe quoi non plus

J’ai beaucoup lu Pablo Servigne, Laure Noualhat, des gens qui alertent depuis des années sur le changement climatique, les mesures urgentes à prendre. Dernièrement, dans une émission, sur une célèbre chaîne de radio nationale, ça parlait éco-anxiété, comment la combattre ?

Laure Noualhat que j’admire tant disait que le meilleur moyen de combattre son éco-anxiété, c’était d’agir (tu peux composter chez toi ? Composte. Tu as du temps pour toi ? Va voir Greenpeace ou Extinction Rébellion. Tu travailles à moins de 5 kms de chez toi ? Prends ton vélo, …etc.).

Mais elle disait aussi : vous voulez faire un enfant ? Mais faites-le.

?

???

Oh putain.

Impliquer la vie d’un autre être humain dans la fin du monde, quelle drôle d’idée !

Emma Haziza, elle, dit : « Il ne nous reste peut-être que ça… l’amour. Alors non, on ne peut pas dire aux gens qu’il faut arrêter de faire des enfants ».

Mouais. Ca équivaut à dire aux gens : vous êtes tentés par le déni. Eh bien, continuez à nier.

Moi, je pense que l’espèce humaine devrait être un peu plus sévère envers elle-même et s’auto-réguler.

Alors bien sûr, je ne suis pas pour des mesures autoritaires, non. Tous les réacs n’arrêtent pas de s’exciter, ces dernières années, … un gouvernement autoritaire, très peu pour moi.

Mais je pense que les gouvernements devraient prendre des mesures qui incitent à ne plus faire d’enfants. Oui. Pas des mesures punitives pour les familles, non. Mais des mesures incitatives au childfree-isme. Oui.

Actuellement, les seules personnes qui profiteront encore quelques années de la richesse de la relation humaine Parents-Enfants, ce sont bien les parents. Pas les enfants privés d’avenir, non.

Leur marmaille (occidentale, je ne parle que de ce que je connais) connaîtra les joies des jeux, de la famille, des camarades… mais pas d’avenir. Or un enfant essaie de grandir de toutes ses forces. Il est pressé de voir la suite. C’est animal. Et il ne la verra pas.

Je ne serai pas là pour consoler des parents effondrés, quand dans 5-10 ans on galérera tous pour avoir de l’eau et pour subsister. Y aura-t-il encore un Etat ? Combien de communautés arriveront-elles à pratiquement suffisamment l’entraide pour survivre ?

L'entraide existe t-elle toujours ?

L’entraide prévaudra t-elle sur l’individualisme ?

Pablo Servigne a écrit : 

Dans des situations de chaos, contrairement à ce que l’on croit, l’entraide fonctionne beaucoup mieux que le chaos.

 Ca se vérifiera sans doute dans certains groupes humains, qui auront eu des biens, de l’argent ces choses-là à troquer avant que notre monde, tel qu’on le connaît, ne s’effondre. Mais quand on a lu Exodes, de Jean-Marc Ligny, on rigooole de ça.

L’entraide ? Oui l’entraide fonctionnera dans des groupes riches, des groupes armés, dangereux, ceux qui pourront faire usage de la force pour se défendre et attaquer.

L’entraide fonctionnera quelques temps dans des groupes plus matures et « paisibles » où on met en commun nos ressources et nos efforts. Jusqu’à ce qu’ils se fassent bousiller par des connards assoiffés de sang qui veulent posséder et dominer.
Parce que l’humain est intrinsèquement con et désespérant. Comment peut-on encore avoir foi en l’humanité ?

Profitons de la vie

Mon message c’est : »Profitons de la vie (chantons, dansons, faisons la fête et l’amour), faisons les efforts qui sont importants à nos yeux (zéro déchet et compostage pour les uns, Greenpeace ou Extinction Rebellion pour les autres, low-tech, élever des chèvres dans le Larzac), mais n’ayons pas peur de la fin, qui est plus proche qu’on ne le croit. L’humanité mérite amplement de disparaître.

On aurait pu être les jardiniers de la Terre

 

On aurait pu être les jardiniers de la Terre

Vous vous rendez compte ? Elle était merveilleuse cette planète. On aurait tous pu être « les jardiniers de la Terre ».

J’ai longtemps gardé cette pensée pour moi tant je craignais qu’elle sonne mièvre, pourtant elle n’a rien de mièvre. Ce n’est ni bisounours, ni mièvre ni nianian la nature, les petits oiseaux, le jardinage… c’est l’écosystème qui nous maintient en vie, c’est la réalité !

Quoi qu’en pense le réac macho qui met du gel dans ses cheveux et qui vend de grosses voitures. Quoi qu’en pense la parisienne coincée et passive-agressive qui a mis 10 ans à quitter Paris…

On reste là, bloqués dans nos petits jobs pourris

On reste là, bloqués dans nos petits jobs pourris qui n’ont pas de sens, coincés avec ceux qui sont dans le déni face au climat et à l’avenir, coincés avec ces putains de complotistes, avec ces abrutis « qui votent extrême-droite pour essayer » ou parce qu’ils ne se renseignent pas.

Coincés avec ceux qui disent que Macron est centriste, alors qu’il est de droite, avec quelques idées franchement réactionnaires.

Coincés devant ces ados qui jettent leurs déchets parterre, coincés avec ces connasses qui se caressent leur ventre fécondé alors que la marmaille n’a pas d’avenir…

On pourrait largement s’occuper de tous ces animaux, planter des graines à tout va… même si on sait que c’est désespéré, mais au moins pour faire un peu de bien à cette nature malmenée, avant que les boucles de rétroaction déclenchées par nos pollutions ne nous engloutissent tous.

Quelques faits et chiffres sur le réchauffement climatique

En octobre 2022, partout en France, malgré ce qu’en disait la météo, il ne faisait pas bon, non, il faisait Chaud !

Dans le Var, il y avait encore des restrictions d’eau. Mais à Nice, il changeaient tous l’eau de leur piscine…

L’Italie accusait -40% d’accès à l’eau potable, comme l’Espagne.

On sait depuis longue date que les infrastructures d’eau potable en France sont vétustes.

Pourquoi l’eau n’est-elle pas devenue un enjeu de sécurité nationale ? Pourquoi n’a t-on pas créé une banque de l’eau qui se paye sur les factures, comme le suggèrent des spécialiste. Que les possesseurs de golfs, de grosses piscines privées et de jacuzzi gigantesques la paient très cher !

Il ne s’agit pas d’être cynique mais réaliste : il va y avoir un décrochage humain, avant même des pénuries plus graves d’eau, en France. Ca va arriver et c’est tant mieux, n’en déplaise aux jeunes parents occidentaux, car cette humanité est pour-rie ! 

Laisser un commentaire